Qu’entendons-nous par monoculture ? Quelle est l’impulsion des mouvements « identitaires » ou des défenseurs d’une monoculture nationaliste qui n’envisagent pas ou ne souhaitent pas de société pluraliste, et ce, non seulement dans le contexte européen, mais global ? Pouvons-nous repérer des aspirations positives, voire émancipatrices, dans la monoculture ? Que trouve-t-on en marge de la monoculture et que ne tolère-t-elle pas ? Quelle pourrait être la position des arts dans un contexte d’idéologie monoculturelle ? Inversement, à quoi ressembleraient les arts sous une idéologie monoculturelle portée à ses conclusions logiques ?

MONOCULTURE - ARTWORKS

Deleu,%200018%20luc,%20schaal%20en%20perspectief,%20tekening%201988%20foto%20s
Schaal en Perspectief [Scale and Perspective], 1980
Sculpture , 80 x 80 x 80 cm
Bristol cardboard, plastic

Le titre Principes pour des leçons de perspective fait penser à un des ces ennuyeux ouvrages scolaires sur les techniques du dessin en perspective. Il s’agit en fait d’une série d’installations pour lesquelles Deleu empile et ‘fait basculer’ ou ‘met à plat’ dans un tout autre environnement, d’énormes et gigantesques objets (familiers à nos yeux) provenant de sites monumentaux. Du coup, on appréhende l’espace d’une toute autre manière. L’idée lui est venue, suite à un voyage aux Etats-Unis où il avait été impressionné par les Twin Towers du World Trade Centre de New York et par le tronc couché d’un séquoia en Californie. Selon Deleu, on ne peut se faire une idée du volume de ces tours que si on les couche les unes à côté des autres et si l’on se promène tout le long. Dans le cadre d’un concours pour la construction de logements sociaux à Barcelone, il a conçu deux bâtiments identiques (sur la base du principe du nombre d’or), l’un debout et l’autre couché, à côté. Il a réalisé la maquette dans laquelle le bâtiment ‘couché’ est suspendu au-dessus d’une rivière tandis que deux navires (le Queen Elisabeth I et II) passent dessous. De telles installations sont réunies sous le titre Echelle et perspective. Il n’y a pas que les (maquettes des) bâtiments qui soient utilisés pour ces installations. En effet, cette image bien familière des hautes grues qui trônent par dessus les bâtiments dérange Deleu à tel point qu’il a couché une de ces grues sur toute sa longueur, sur le sol de la galerie Montevideo (au port d’Anvers) pendant deux semaines. Ou sa proposition de 1970 par exemple, de scier tous les poteaux d’éclairage le long des autoroutes à cause du gaspillage d’énergie, reprend vie sous forme de feux de signalisation allumés et plantés en diagonale dans une galerie de Munich.